Une journée d’étude sur les Communautés de Pratique

TRASS

Le 17 février 2015, le CLIPP (Centre de liaison sur l’intervention et la prévention psychosociales) organisait une journée d’étude autour du projet « Transfert des connaissances pour l’amélioration de la santé et des services sociaux » (TRASSS) à Montréal. Voici ce que nous en avons retenu pour vous:

Le projet TRASS a été contruit autour de quatre communautés de pratique (CdP).

La première CdP, intitulée «Intervention de quartier: Le CSSS et ses partenaires font équipe en milieu défavorisé (CAU du CSSS-IUGS)», implique plusieurs CSSS ainsi que des gestionnaires, des intervenants, et des chercheurs. Jean-François Allaire et Jocelyn Guilbault qui présentèrent le projet tirent comme leçon toute l’importance de répondre aux besoins des citoyens de chaque milieu en impliquant les communautés. Ils nous ont présenté leur définition d’une communauté de pratique résumée en quelques points:

  • elle vise à l’innovation, au changement,
  • elle stimule les collaborations et la convivialité
  • elle favorise les échanges et partages d’expériences et de connaissances
  • elle concentre une variété de points de vue et une diversité d’approches
  • elle consiste en une démarche encadrée qui permet la réflexion
  • enfin, elle offre des stratégies de transfert de connaissances et produit des outils

C’est donc au sein de leur communauté de pratique, qui se réunit une fois par mois, que les coordonnateurs de ce premier projet ont pu établir leur stratégie de transfert de connaissances. Ils recommandent d’utiliser le wiki dès la création de la CdP, pour que les participants au projet prennent rapidement l’habitude de l’utiliser. Ils ont également abordé les défis qui se rapportent au CdP, notamment la question de leur pérennité de la CdP une fois le financement terminé, suggérant une possible continuation sous une forme différente (ex: offre d’accompagnement, de formation…); mais également le problème relatif au recrutement des membres ayant de l’expertise dans le domaine de la CdP ( et don qui soient capables de faire entendre leur voix dans les établissements). Ils ont également souligné l’importance d’effectuer des rencontres physiques, et enfin, de demander aux participants des communautés de pratique de définir leurs besoins dès le départ.

Annie Pontbriand, la coordonnatrice des CdP du deuxième projet présenté («Soins partagés en santé mentale jeunesse en contexte de pluriethnicité», CSSS de la Montagne) a quant à elle insisté sur l’importance de l’implication des milieux cliniques et de l’intégration de leurs objectifs dans le programme. Elle a fait la distinction entre CdP intentionnelle et CdP spontanée, la dernière émergeant du milieu. Tout comme les présentateurs du premier projet, elle a souligné la nécessité de sonder les membres des CdP dès leurs débuts afin de connaître leurs attentes et d’y répondre. Mme Pontbriand a également mentionné que les CdP ont l’avantage d’offrir un espace de réflexion aux cliniciens.

Fannie Fafard et Isabelle Dubé (projet « Parentalité et dépendance ») ont quant à elle souligné l’utilité pour une CdP d’avoir un wiki. En effet un wiki permet de continuer la discussion après les rencontres, constitue une bonne alternative aux courriels trop nombreux et met à disposition des membres les documents les plus à jour en temps réel. Enfin, d’après elles la clé du succès résiderait dans le fait de ne pas juste fournir aux utilisateurs des connaissances des résultats « clé en main » mais bien un véritable accompagnement.

Diane Berthelette, directrice du projet TRASS et professeure titulaire au département d’organisation et ressources humaines de l’UQAM, a pour sa part présenté le cadre conceptuel à partir duquel le projet a été développé, emprunté à Thomas Durand (2008) : « savoir, savoir-faire, savoir-être ».

Enfin Nathalie Houlfort, professeur de psychologie à l’UQAM, a présenté le projet SACO qui développe une stratégie d’application des connaissances dans les organisations.

Le premier constat dans le cadre de la création de cet outil est la nécessité d’analyser la situation et de choisir les connaissances qu’on souhaite transférer en relation avec les besoins propres à l’organisation, ses ressources, ses objectifs mais aussi son public cible et son contexte. Il est en effet important de définir dès le départ les retombées attendues (par exemple un changement de pratique). Il faut également tenir compte du niveau de connaissances du public cible, de son expertise, de ses besoins, de sa motivation, des gains et pertes potentiels associés à l’utilisation des nouvelles connaissances. Enfin, en ce qui concerne le contexte, il s’agit d’évaluer la pertinence et le momentum du TC par rapport à l’organisation et de préparer le terrain pour qu’il soit favorable au transfert.

Un deuxième constat de ce projet concerne la trajectoire, définie en 4 étapes successives par Nathalie Houlfort:

1- Sensibiliser le public cible. Il faut établir un plan de communication. Les moyens peuvent être par exemple un journal interne, une conférence, un forum, un système de rappel…

2- Outiller le gestionnaire, avec des groupes de co-développement, des formations, des communautés de pratique.

3- Choisir des activités en relation avec le type de connaissances à transmettre et les retombées attendues. La combinaison de ces différentes activités apparaissant comme le choix le plus judicieux.

4- Implanter en congruence avec le système en place, en choisissant parmi les 2 types de soutiens possibles: stratégique ou opérationnel.

L’outil SACO issu de ce projet basé sur 5 études de cas devrait être disponible (à venir) sous forme d’un site web interactif reprenant des cas pratiques, des références de la littérature, un répertoire d’activités avec des fiches descriptives, des indicateurs de mesure. Cet outil permettra surtout l’analyse et l’aide au choix des activités à réaliser.

Cliquez ici pour accéder au wiki du TRASS et aux projets, ainsi qu’un résumé de la pratique de pointe ou de la pratique innovante dont il est question.

Le CLIPP offre des services (payants) de consultation pour planifier et exécuter le transfert de connaissances.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *